PRESSE

Ruger Precision Rifle .338 Lapua Magnum

27 août 2021
> Partager cet article       

Ruger Precision Rifle .338 Lapua Magnum

Le kilomètre au bout du doigt

par Tirmag

Avec sa Precision Rifle en .338 Lapua Magnum, Ruger propose une carabine qui, sortie de sa boîte, ne demande qu’àhomme auquel l’on a confié le transport… d’un âne mort. C’est comme si on l’en-tendait penser à voix haute « Bon débarras ! » dans sa tête. 
Tandis que la nôtre jail- « taper » le kilomètre, voire mieux. Car la limite de nos tests était ici définie par la taille du stand…  L’histoire de cette carabine com-mence à sa réception. Il faut ima-giner le livreur qui fait son possible pour porter un carton de 150x40x30 cm, avec la mine consternée  d’un lit une furieuse envie de sauter en voiture pour filer au stand avec le carton… qui contient « notre » Ru-ger Precision Rifle en .338 Magnum.
Si la gamme Ruger Pre-cision Rifle existe en de multiples calibres, la dernière en date des  séries du constructeur  américain est composée de calibres Magnum, avec, au choix, du .338 Lapua Mag, du .300 WIN Mag et du 30 PRC. Par rapport à la version en .308, on remarquera d’abord une petite différence sur le garde-main. Tout paraît plus gros comparé à la gamme de la .308win. Bien entendu, le canon, chromé, martelé à froid avec cinq rayures à droite, ressemble à une barre à mine.  A noter le rail Arca, bien plus large qu’un Picatinny, et qui peut laisser coulisser le bipied fixé dessous. Voilà qui autorise un déplacement  rapide de ce support le long du  canon, en fonction du type de tir souhaité, en des-serrant simplement le bipied. Placé en avant, il stabilisera l’arme pour rechercher la pré-cision. Reculé, il faci-litera la mobilité pour l’engagement rapide de différentes cibles. Le reste du garde-main est composé de systèmes de fixation rapide M-Lock, pour y poser les accessoires de votre choix. Le canon et la culasse se trouvent dans l’alignement exact de la crosse, permettant de minimiser la réhausse de l’arme lors du tir et ce, pour plus de précision. La détente Marksman est réglable de 1 à 2,3 kg de l’extérieur avec une simple clé Allen. La poignée pistolet, la boule de culasse grande taille et la crosse de précision Ruger (Précision MSR avec anneau QD) sont communs avec la version en .308 WIN. La crosse est d’ailleurs adaptable avec celle de type AR15. Le dessin de la culasse ressemble aussi au modèle de calibre inférieur, mais sa taille est bien supérieure. La ca-rabine est fournie avec un frein de bouche adap-té au calibre magnum, avec un compensa-teur réglable pour réduire efficacement le recul et le saut de la bouche. Ce dernier est composé de vis se situant sur le dessus. Il diffère aussi des autres modèles : il n’est plus rond mais tient une forme plus volumineuse  et rappelle vaguement celui du Barrett M82. Le bout du canon est fileté en ¾’’-24, pas prati-quement inexistant en France. Si la société Humbert nous a prêté le seul modérateur de son 
présent dans l»Hexagone avec ce pas, nous avons voulu voir ce qui était faisable sans lui. L’armurerie ABCD a pu nous fabriquer une bague adaptatrice convertissant le pas de la carabine en 5/8x24. En effet, un pas de vis plus commun aurait été le bienvenu sur cette carabine modulable. Une sécurité manuelle et ambidextre se trouve à portée du pouce. Un rail Picatinny de 30 MOA est positionné pour y fixer une lunette pour des capacités d’élévation à longue portée accrues. Bref, cette carabine est très complète et offre déjà de nombreux avan-tages en sortie de boîte. Après cette découverte, il est temps de partir sur le stand !...

Les tests avec Benjamin Gineste
Malheureusement, et même si de nouvelles pos-sibilités de Tir à Longue distance apparaissent lentement, les stands compatibles avec la por-tée de ce calibre ne sont pas légion en France. Et nous voulions pour cette carabine fascinante un test digne de ce nom. Nous avons donc pris contact avec Benjamin Gineste, spécialiste du tir longue distance bien connu des lecteurs de Tir-mag.  Munis de la carabine et d’un assortiment de différentes munitions en 250 et 300 grains, nous nous retrouvons sur un pas de tir adapté pour y rencontrer Benjamin. 
La carabine nous était fournie avec  une lunette Steiner Military M5Xi  5-25x56 réticule MILDOT G2B lumineux. Captant parfaitement la lumière, elle a vraiment contribué au confort des tests par sa clarté et la netteté der ses clics. Nous commençons par un zérotage à 100 m pour bien régler la lunette, avec des cartouches Sellier & Bellot 250 gr HPBT. Il est important de préciser que toute la phase de tests a été faite avec une carabine neuve, canon non rodé ! Lors de cette phase de tir à 100 m, le meilleur groupement (1,4 x 1,2 cm) a été obtenu avec la cartouche Sologne en 250 grains et une vitesse moyenne de 869 m/s. Sur une cible située à 640 mètres, le résultat est sans appel : cette carabine sortie de boîte, canon non rodé arrive à tenir le MOA, même avec des munitions manufacturées de plusieurs marquesdifférentes. Après ces tests conduits par Benja-min Gineste, c’est (enfin!) mon tour : avec ses conseils,  je réalise un groupement de 19 cm à cette distance. Je précise que c’est la deuxième fois que je tire à cette distance. 
 

Les interprétations à 640 mètres sont intéressantes…
Sur une cible placée à un kilomètre, distance maximale proposée à ce stand, deux car-touches sont spotées légèrement à gauche de la cible. Une fois les corrections faites, j’arrive donc à engager une cible de 50 cm sur les deux coups avec les cartouches Solognes en 250 gr. Nous continuons à utiliser les différentes munitions sur des distances allant de 300 à 700 mètres. Toutes les marques présentées se montrent d’excellente facture, nous permettant de toucher précisément les gongs. Il ne nous restait que deux munitions Sako lors de ce test : il faut donc prendre les résultats avec des pincettes.  Pour les Sellier & Bellot, le résultat est honorable car la dispersion horizontale est faible et la dispersion verticale s’explique par la vitesse. Les munitions Sologne en 300 gr don-neraient un meilleur résultat s’il n’y avait pas un flyer qui partait à gauche. Nous passerions avec un écart horizontal de 5,5 cm ! Les résul-tats sont, encore une fois, réalisés avec une arme non rodée et des munitions manufac-turées. Vers la fin de la journée, nous voyons déjà une précision accrue car le canon n’était plus si neuf. Il est clair qu’avec des munitions maison préparées « aux petits oignons », les résultats seraient excellents ! Conclusion : voilà une carabine donnant des résultats su-périeurs à ce que l’on attendait eu égard à son prix tout à fait accessible. Et ce, quelles que soient les munitions testées. Le look plaira à la plupart des utilisateurs. Un choix idéal pour commencer le tir longue distance (TLD) dans sa catégorie de calibre. 

RETOUR A LA LISTE DES ARTICLES

ici Contenu
ici bas
X
ici Contenu
ici bas
OK