PRESSE

BALISTIQUE DES CANONS

02 janvier 2020
> Partager cet article       

La Revue nationale de la chasse - No 868 janvier 2020

 

RNC : Qu’est-ce qu’un bon acier pour fabriquer des canons?

Carlo Ferlito : Il faut des aciers qui soient à la fois denses, solides mais qui restent souples pour absorber les pressions et les vibrations émises par la déflagration au moment du tir. Ces aciers existaient encore en Europe dans les années 1960 mais, aujourd’hui, il est devenu difficile de s’en procurer et ils sont vraiment trop chers. Les aciers modernes sont très résis- tants mais aussi moins souples, plus cas- sants. Chez Beretta nous ne fabriquons pas d’acier, nous avons donc défini un cahier des charges précis pour obtenir une certaine qualité auprès de nos four- nisseurs. Nous avons choisi l’acier spé- cial tri-alliage (Ni, Cr, Mo) qui permet le meilleur compromis entre la souplesse et le prix, avec une excellente résistance aux pressions et à la corrosion dans le temps.

 

Pouvez-vous nous parler de la fabrication Steelium de vos canons?

Au départ, le canon est un bloc d’acier spécial tri-alliage, comme je viens de dire, qui est transformé dans nos usines selon un procédé dit Steelium, qui a été bien évidemment déposé et protégé. Il s’agit d’un forage profond directement dans le bloc d’acier, puis d’un martelage à froid et, enfin, d’une distension spéciale faite sous vide. Puis, on procède à l’extension progressive du cône de raccordement sur 8 cm entre la chambre et le tube. On ob- tient ainsi un canon à double cône de rac- cordement possédant des performances balistiques idéales pour la chasse et le tir.


 

Que sont exactement vos canons Steelium Plus et Steelium Pro?

Presque tous nos fusils possèdent des ca- nons Steelium à double cône de raccorde- ment de 8 cm. Les modèles de moyenne gamme ont des canons Steelium Plus à triple cône de raccordement qui s’étirent sur environ 30 cm. Enfin, les modèles haut de gamme ont des canons Steelium Pro à triple cône de raccordement sur 45 cm de longueur.

 

Pourquoi ces grandes longueurs de cônes de raccordement ?

Nous avons longuement étudié la dis- persion en longueur et en largeur des gerbes de plombs à la sortie du canon. Nous avons constaté que la puissance de la gerbe était liée à son homogénéité et à sa compacité. Il faut donc que tous plombs qui sortent du canon aient la même vitesse. Pour cela, ils doivent frot- ter le moins possible dans le canon. Les cônes de raccordement et leur longueur y contribuent énormément.

 

Comment avez-vous procédé pour découvrir cela ?

Notre bureau d’études a mis au point des caméras haute définition qui photogra- phient et calculent les vitesses de cha- cun des plombs d’une gerbe, à la sortie du canon comme à 40 m de distance. À la sortie du canon, il peut déjà y avoir 20 km/h de différence entre les plombs rapides, qui n’ont pas subi de frottements, et les autres. Notre objectif a donc été que le moins possible de plombs frottent les parois du canon ! Et nous pensons avoir réussi.

 

On entend souvent dire que les canons aux alésages larges sont moins efficaces que ceux à alésage serré. Cela diminuerait la pénétration des plombs. Qu’en pensez-vous ?

Chez Beretta, nous testons des canons depuis 105 ans et nous pouvons dire que c’est notre spécialité. Notre bureau d’études a beaucoup travaillé dans ce domaine. La pénétration des plombs est avant tout liée à la charge de poudre qui les propulse. Plus la cartouche est puis- sante, plus les plombs sont pénétrants. Et comme je vous le disais précédemment, plus les frottements sont importants, moins la gerbe est homogène et puissante. C’est pour ces raisons que chez Beretta nous avons choisi un re- forage à 18,6 mm en calibre 12 (alé- sages larges), avec de longs cônes de raccordement. Ces canons sont conçus pour réduire l’effet coup de fouet des canons, obtenir un tir plus souple et des gerbes compactes et régulières, quelleque soit leur charge.

RETOUR A LA LISTE DES ARTICLES

ici Contenu
ici bas
X
ici Contenu
ici bas
OK