CHASSE RAISONNÉE ET BIODIVERSITÉ :
HUMBERT LANCE LE CONCEPT ABCAB EN ZONE AGRICOLE BIO


OBJECTIF N°1 : les oiseaux

La réintroduction de faisans sauvages nés sur le territoire BIO ainsi que de perdreaux gris et une souche de canards colverts sédentaires nés sur les étangs du territoire.

OBJECTIF N°2 : les chevreuils

Faire croître la population de chevreuil en adaptant des méthodes d’amélioration du milieu tout en respectant les cultures.

OBJECTIF N°3 : les sangliers

Limiter les dégâts de sangliers sur les cultures en les gardant en milieu forestier avec des aménagements favorables et la protection des cultures. Nous pourrons ainsi maintenir la population sans qu’il y ait de conflits avec les agriculteurs. Nous souhaitons labelliser prochainement ce Concept "ABCAB" de chasseur responsable auprès de la FDC de la Loire et la FNC (Fédération Nationale Des Chasseurs) et convertir les territoires voisins, agriculteurs et chasseurs pour créer un Groupement d’Intérêt Cynégétique pour la gestion du faisan et perdreau sauvage. C’est un vecteur de communication positif pour la chasse en général et pour les marques qui soutiennent le projet.

Humbert lance le concept ABCAB en zone agricole bio :  Chasse raisonnée et biodiversité

UNE ZONE PILOTE DE CHASSE BIO INITIÉE PAR HUMBERT :

• Agriculture BIO
• Biodiversité
• Préservation des espèces et réintroduction de façon durable
• Concertation entre le milieu agricole et le milieu de la chasse
• Chasse responsable et raisonnée avec des prélèvement faibles mais
de qualité (tir uniquement des coqs afin de garder des poules pour
la reproduction)
• L’accès au grand public à la viande de chasse réputée pour ses nombreuses qualités nutritionnelles.
Le projet est soutenu et financé par la société HUMBERT et permet d’inviter clients, journalistes et fournisseurs afin de faire l’essai des armes en milieu ouvert avant la commercialisation. L’ensemble des marques du Groupe Beretta participent à leur échelle au financement du projet : BERETTA, BENELLI, SAKO, TIKKA, FRANCHI, STEINER, BURRIS.

L'AGRICULTURE BIO, UNE ODE À LA BIODIVERSITÉ :

L’agriculture biologique constitue un mode de production qui trouve son originalité dans le recours à des pratiques culturelles et d’élevage soucieuses du respect des équilibres naturels. Ainsi, elle exclut l’usage des produits chimiques de synthèse, des OGM et limite l’emploi d’intrants. Les faisans et perdreaux dans leurs premières semaines après éclosion se nourrissent essentiellement d’insectes. Sur les terres cultivées non BIO le nombre d’insectes s’est réduit à cause des traitements phytosanitaires, en conséquence la nourriture manque ou n’est pas comestible par les oiseaux. Il est donc primordial d’améliorer le
biotope afin qu’il permette au gibier de trouver une nourriture suffisante et de qualité.
Le canard a besoin d’une eau saine et d’un milieu adapté (joncs, îles) pour nicher, l’aménagement de nichoirs et le piégeage de régulation des nuisibles pour faciliter la reproduction sont les facteurs de réussite de son développement.
Le chevreuil comme le sanglier ont besoin de sels minéraux qui sont déficients dans leur nourriture quotidienne. L’aménagement en milieu forestier de souilles et l’apport de sel non pollué par les animaux domestiques sont donc un plus pour aider les populations.


L’agriculture BIO nécessite un agrément qui est renouvelé chaque année à l’exploitant. Aménager un territoire BIO nécessite des semences pour cultures à Gibier BIO qui sont 2 fois plus coûteuses que des semences traitées.
L’agriculteur BIO fait un effort tant sur les rendements que sur les process de culture afin de garder son agrément. Il faut les trois premières années se résigner à ne pas ou très peu récolter avant d’obtenir le label BIO car les terres doivent être sevrées de traitements. C’est un effort financier considérable. Les productions BIO sont plus coûteuses au départ mais le retour sur investissement est bon car la vente des produits BIO est de 20 à 50% supérieure au prix des produits non labellisés.
À défaut, l’agriculture BIO peut être remplacée par une agriculture raisonnée si l’agriculteur n’a pas les moyens d’attendre et si les terrains ou le climat ne se prêtent pas à un label BIO. Ces cultures sont déjà plus favorables au Gibier, mais la culture BIO reste la plus propice au développement de la biodiversité.
Les récoltes de graminées en culture BIO génèrent un nombre considérable d’insectes qui colonisent les cultures et qui sont une source de nourriture primordiale pour le gibier à plume.

Pistolet Striker Beretta
Humbert lance le concept ABCAB en zone agricole bio :  Chasse raisonnée et biodiversité

6 hectares avec des clôtures électriques
pour éviter les dégâts de sangliers causés aux cultures de l’agriculteur.

Humbert lance le concept ABCAB en zone agricole bio :  Chasse raisonnée et biodiversité

Deux gros agrainoirs automatiques ont été positionnés avec recharge solaire pour nourrir les oiseaux et les garder sur le territoire.

Humbert lance le concept ABCAB en zone agricole bio :  Chasse raisonnée et biodiversité

Cage de rappel pour perdreaux en plaine afin
de tenir les compagnies proches des agrainoirs.

ici Contenu
ici bas
X
ici Contenu
ici bas
OK